Localisation sur oignons, une solution qui fonctionne

Une production d’oignons exporte près de 80 unités de phosphore par hectare. Cet élément est essentiel pour le transfert d’énergie au sein de la plante, et intervient directement sur la qualité, le calibre et le rendement des alliacées. Une carence implique souvent un faible développement racinaire, une croissance ralentie et, en fin de cycle, une maturité retardée. Une déficience se traduit donc souvent par une perte de production.

Yara_aug_06__032_r

Il faut savoir que le phosphore est un élément très peu mobile dans le sol, et très peu disponible pour la plante. En effet, on estime, à 20% en moyenne la part de l’engrais phosphorique directement utilisée par la plante lors d’un apport. Le reste est adsorbé par le complexe argilo-humique, ou fixé par la matière organique du sol. De ce fait, le phosphore change très souvent de forme à travers les processus de minéralisation et d’organisation. De plus, la disponibilité du phosphore est fortement réduite lorsque le pH est inférieur à 6 ou supérieur à 7,5.

Le système racinaire des alliacées n’est pas réputé pour s’étendre en profondeur. Il est relativement court, succinct et composé d’un nombre de poils racinaires limité. Certaines recherches suggèrent que l’absorption d’eau et de nutriments se limitent aux 25 premiers cm du sol. On est bien loin des 90 cm d’enracinement d’une céréale.

En résumé, le phosphore est peu disponible pour la plante, et le système racinaire de l’oignon ne lui permet pas d’explorer un volume de sol suffisamment important pour satisfaire ses besoins élevés.

Comment faire pour garantir aux oignons une nutrition équilibrée ?

Il existe une solution simple et efficace.

Localiser le phosphore au semis permet d’obtenir des résultats spectaculaires en matière de rendement. On observe aussi, dans certaines situations pédoclimatiques, une augmentation du calibre moyen. Il faut utiliser un phosphore 100% soluble dans l’eau, afin d’assurer une meilleure répartition au sol et une assimilation rapide. Attention, certaines formes d’engrais sont à base de chlorure (type chlorure de potasse) ou d’azote ammoniacal (DAP). Positionnées à proximité des racines, ces formes d’engrais peuvent présenter un risque de toxicité.

De plus, la localisation est pertinente sur d’autres éléments que le phosphore. Le potassium et le magnésium ont également un très bon impact sur l’installation de la culture, lorsqu’ils sont apportés dans la ligne de semis. En effet, ces éléments sont principalement absorbés par la plante grâce au phénomène de diffusion, et se déplacent en fonction du gradient de concentration. La localisation d’engrais perd de son intérêt pour les éléments les plus mobiles. Enfin, nos essais montrent que l’utilisation de zinc au semis améliore considérablement la germination et le rendement.

Yara a développé YaraVita™ Ecophos Zn™, une solution liquide, destinée à apporter au plus près les éléments nécessaires au bon démarrage de la culture : du phosphore 100% soluble dans l’eau, du potassium, du magnésium et du zinc. Appliqué en pulvérisation dans la ligne de semis ou en enrobage nutritif directement sur la semence,  YaraVita™ Ecophos Zn™ permet une meilleure levée et favorise la croissance du système racinaire des oignons. Localiser YaraVita™ Ecophos Zn™ constitue une réponse simple et efficace aux enjeux économiques et environnementaux auxquels font face les producteurs d’oignons. Cette solution est également applicable sur maïs et sur pommes de terre.

Si vous souhaitez plus d’information sur nos solutions ou sur ce thème, contactez nous.

DÉCOUVREZ NOTRE RESSOURCE

Votre engrais est-il à la hauteur de la performance de votre épandeur ?

Maîtriser l'épandage permet de réduire les coûts. Combiner les avantages d’une grande largeur de travail avec la nécessité de maîtriser la précision d’épandage exige de recourir à des engrais d’une très grande performance mécanique et balistique.Utiliser un engrais de mauvaise qualité peut faire chuter la performance de votre épandeur. Cet aspect est encore souvent négligé.

Télécharger le document
Votre_engrais_est_il_a_la_hauteur_de_votre_epandeur-19

Découvrez les articles de la même catégorie

Cultures de spécialité

13 juillet 2019

Fertilisation de la vigne, quels outils d’aide à la décision ?

Présentation de quelques outils d’aide à la décision qui permettent de diagnostiquer ou de prévenir les éventuels problèmes de nutrition.

En vigne, le raisonnement et le calcul de la fertilisation est plus complexe que pour les grandes cultures. Cependant, la mise à disposition d’outils d’aide à la décision pour le diagnostic ou la prévention de problèmes éventuels de nutrition s’impose aujourd’hui au viticulteur. Mais la panoplie des outils reste encore limitée et l’utilisation des outils prospectifs est marginale pour l’instant, en l’absence du caractère générique nécessaire à leur utilisation en vigne. En effet, ces outils relèvent encore du domaine expérimental et n’offrent pas suffisamment de référentiels pour postuler aux phases d’étalonnage nécessaires à l’exploitation des données qu’ils fournissent. Cela étant, ces outils prospectifs permettront à l’avenir d’enrichir les données obtenues avec les outils d’analyses classiques. Cependant, dans sa démarche de diagnostic ou de prévention d’éventuels problèmes de nutrition, le viticulteur doit jouer la carte de la complémentarité des outils dont il dispose. En tout état de cause, les résultats qu’il obtiendra avec ces outils ne sont que des indicateurs, et le point de départ d’une interprétation qui mène au raisonnement de la fertilisation.

Lire l'article

Nous complétons notre gamme d'activateurs physiologiques avec la technologie BIOTRYG™

Que ce soit en cultures pérennes ou en grandes cultures, nous sommes depuis près de 20 ans, actifs sur le marché des activateurs physiologiques. En 2018, Yara étoffe de manière significative son offre de solutions foliaires avec sa nouvelle technologie d'activateur physiologique BIOTRYG™.

Lire l'article

Cultures de spécialité

26 novembre 2018

Chlorose ferrique, comment gérer durablement ce désordre nutritionnel ?

La chlorose ferrique correspond à une carence vraie ou induite parfois méconnue et souvent sous-estimée.  Pourtant, celle -ci peut s’avérer très pénalisante pour le viticulteur et avoir des conséquences catastrophiques sur le végétal.

Lire l'article