Vigne : Comment éviter le dessèchement de la rafle

Le dessèchement de la rafle est un phénomène physiologique à l’origine de nombreux dégâts sur le vignoble : perte de rendement, diminution de la qualité du raisin, et donc impact économique important.

Sur un pied de vigne atteint, de petites nécroses apparaissent sur certaines portions de la rafle provoquant ainsi le flétrissement de quelques baies. Celui-ci s’accompagne d’une diminution des sucres et de la couleur, l’acidité est de fait trop importante ce qui bloque la maturation des baies. Une partie de la grappe doit alors être ciselée et l’impact pour le viticulteur est alors important tant en terme de temps d’intervention que de conséquences sur la vendange.

L’apparition de cette maladie physiologique est dû à un ensemble de facteurs, liés aux conditions pédoclimatiques, au matériel végétal et à certaines pratiques culturales.

 

Matériel génétique

C’est souvent les porte-greffes naturellement sensibles à la carence magnésienne, ainsi que ceux provoquant une forte vigueur qui sont le plus souvent exposés à ce phénomène. C’est le cas par exemple du SO4, du Fercal ou encore 5BB et du 44-53. Certains cépages sont également sensibles, tels que le Marselan, le Gewurztraminer ou encore le Chenanson.

Bien connaitre la sensibilité du matériel génétique est donc un prérequis pour éviter les mauvaises surprises, et pour adapter le plan de fertilisation et la conduite du vignoble.

 

Contexte pédoclimatique

Le dessèchement de la rafle apparait fréquemment dans les sols où les conditions sont propices à la carence magnésienne. Sol sableux, pH acide, faible CEC, fortes teneurs en potassium et/ou en calcium, de nombreuses conditions peuvent induire une carence en magnésium.

Les printemps frais et les basses températures lors de la floraison, associées à d’importantes intempéries après les périodes de sécheresse (de la nouaison à la véraison) peuvent provoquer et favoriser l’apparition de ce phénomène. Il n’est donc pas rare d’observer un dessèchement de la rafle après un violent orage l’été.

 

Itinéraire technique

La vigueur accentue généralement le phénomène, donc tout ce qui tend à augmenter la vigueur est à proscrire. Selon certains ouvrages, la taille longue favoriserait l’apparition du dessèchement de la rafle par rapport à une taille dite plus courte. Les grappes à l’ombre sont en général plus sensibles, mieux vaut donc correctement effeuiller pour limiter les risques.

 

Quelles solutions faut-il envisager ?

Lorsque la maladie est présente sur la parcelle, il faut en priorité éliminer les grappes affectées pour régulariser la maturation des grappes restantes. L’usage d’une solution foliaire nutritive enrichie en magnésium (typiquement un oxyde de magnésium YaraVita™ Hydromag 500™) à appliquer 2 à 3 fois, au début de la véraison, avec 10 à 15 jours d’intervalle. Ces applications d’engrais foliaires permettent une réduction notable jusqu’à 80%. Mais il faut également modifier ses pratiques culturales, et agir de manière préventive pour obtenir une efficacité maximale.

Bien que cette maladie soit la conséquence d’un certain nombre de facteurs, il faut apporter une attention particulière à la fumure d’entretien : une fertilisation magnésienne et potassique adaptée va permettre de limiter l’apparition, tout améliorant la qualité du raisin. Contrôler le rapport K/Mg avec une analyse pétiolaire est fortement conseillée pour adapter sa stratégie de fertilisation, et donc de réaliser les apports de potassium et/ou de magnésium en fonction de ce résultat.

DÉCOUVREZ NOTRE RESSOURCE

La fertilisation, pilier de la qualité des vins

La fertilisation azotée de la vigne a une influence directe sur la qualité des vins. Découvrez dans ce document comment optimiser cette nutrition azotée.

Télécharger le document
Agriculture-LaFertilisation-10

Découvrez les articles de la même catégorie

Fertilisation de la vigne, quels outils d’aide à la décision ?

Présentation de quelques outils d’aide à la décision qui permettent de diagnostiquer ou de prévenir les éventuels problèmes de nutrition.

En vigne, le raisonnement et le calcul de la fertilisation est plus complexe que pour les grandes cultures. Cependant, la mise à disposition d’outils d’aide à la décision pour le diagnostic ou la prévention de problèmes éventuels de nutrition s’impose aujourd’hui au viticulteur. Mais la panoplie des outils reste encore limitée et l’utilisation des outils prospectifs est marginale pour l’instant, en l’absence du caractère générique nécessaire à leur utilisation en vigne. En effet, ces outils relèvent encore du domaine expérimental et n’offrent pas suffisamment de référentiels pour postuler aux phases d’étalonnage nécessaires à l’exploitation des données qu’ils fournissent. Cela étant, ces outils prospectifs permettront à l’avenir d’enrichir les données obtenues avec les outils d’analyses classiques. Cependant, dans sa démarche de diagnostic ou de prévention d’éventuels problèmes de nutrition, le viticulteur doit jouer la carte de la complémentarité des outils dont il dispose. En tout état de cause, les résultats qu’il obtiendra avec ces outils ne sont que des indicateurs, et le point de départ d’une interprétation qui mène au raisonnement de la fertilisation.

Lire l'article

Nous complétons notre gamme d'activateurs physiologiques avec la technologie BIOTRYG™

Que ce soit en cultures pérennes ou en grandes cultures, nous sommes depuis près de 20 ans, actifs sur le marché des activateurs physiologiques. En 2018, Yara étoffe de manière significative son offre de solutions foliaires avec sa nouvelle technologie d'activateur physiologique BIOTRYG™.

Lire l'article

Chlorose ferrique, comment gérer durablement ce désordre nutritionnel ?

La chlorose ferrique correspond à une carence vraie ou induite parfois méconnue et souvent sous-estimée.  Pourtant, celle -ci peut s’avérer très pénalisante pour le viticulteur et avoir des conséquences catastrophiques sur le végétal.

Lire l'article

L’encadrement de floraison, un stade clé au vignoble

De plus en plus de viticulteurs agissent en encadrement de floraison afin de minimiser les risques d’avortement et de mauvaise fécondation. La floraison est une période critique, où la compétition dans le végétal est intense, et où l’action de produits fertilisants permet d’éviter un certain nombre d’accidents culturaux.

Lire l'article