Teneur en huile des colzas : quels rôles de la fertilisation

Les objectifs de qualité du colza dépendent des exigences définies par l'utilisateur final. Les principales caractéristiques à prendre en compte sont les taux de glucosinolate et la teneur en huile (en pourcentage). La nutrition de la culture influe sur ces deux caractéristiques. Pour atteindre les objectifs de qualité requis, la culture doit bénéficier d'une nutrition parfaitement équilibrée. La destination de l’huile dépend de la quantité de ces deux facteurs, ainsi que de l'acide érucique qui n'est plus présent dans la matière végétale (sauf culture spécifique de colza érucique) :

  • Huile destinée à la consommation humaine
  • Matières premières renouvelables pour l'industrie chimique
  • Source d'énergie renouvelable - Biocarburants
  • Source d'énergie et de teneur protéique élevées destinée à l'alimentation animale sous forme de tourteaux et de repas
  • Culture dérobée servant d'engrais verts et de culture fourragère

 

Teneur en huile des colzas : quèsaco ?

L'huile de colza était autrefois considérée comme nuisant au régime alimentaire humain en raison de sa teneur élevée en acide érucique, qui lui donnait un goût désagréable. Les programmes de culture sélective ont complètement éliminé la teneur en acide érucique (qui était de 40 %), tandis que les acides gras polyinsaturés (acide linoléique et acide linolénique), faisant partie de l'ensemble des acides gras, ont respectivement augmenté de 15 % à 20 % et de 8 % à 12 %. Par rapport à d'autres huiles végétales, l'huile de colza a la plus faible teneur en acides gras saturés (6 à 8 %) au sein de la quantité totale d'acides gras et est riche en stérols végétaux. Elle contient une part importante d'acide oléique mono-insaturé qui représente 58 à 60 % de la quantité total d'acides gras. Elle possède une teneur suffisante en acide linoléique (20 à 26 %) et en acide linolénique (10 %) de la quantité totale d'acides gras et un rapport positif entre l'acide linoléique et l'acide linolénique (2,5/1).

L'huile de colza contient des taux appropriés de tocophérols, c'est-à-dire, de vitamine E.

telechargement-ressource-nutrition-colza

Taux de glucosinolate dans le colza

Les glucosinolates (GLS) sont les principaux éléments soufrés contenus dans les crucifères. Il s'agit de métabolites secondaires qui se produisent naturellement chez les crucifères et de composés organiques dérivés du glucose et des acides aminés contenant du soufre et de l'azote. Leur concentration normale est comprise entre 14 et 24 μmol/g de feuilles sèches, et 55 et 115 μmol/g de graines sèches. Chez la volaille, les GLS peuvent entraîner des troubles nutritionnels.

Les travaux de sélection effectués dans les années 1980 et 1990 ont permis de réduire la teneur en GLS à moins d'un cinquième et de développer ainsi le marché pour des tourteaux formulés à base d'huile de colza. En effet, ces GLS peuvent entrainer des troubles en alimentation animale. Des variétés contenant des taux de glucosinolates remarquablement faibles, compris entre 8 et 15 μmol/g de graines, ont récemment été découverts en Pologne. Des techniques de sélection des cultures sont actuellement mises en œuvre afin de réduire davantage la teneur en GLS.

Chez les végétaux, les GLS jouent un rôle primordial dans le mécanisme de défense de la récolte contre les ravageurs et les maladies.

L'apport de soufre a tendance à augmenter la teneur en GLS. Toutefois, les variétés « 00 » actuelles, pauvres en GLS, ne présentent pas ce problème grâce à une fertilisation soufrée optimale, qui permet de maintenir des niveaux inférieurs aux seuils critiques. L'effet de l'apport de soufre est inférieur à l'effet de la variété ou du site.

 

huile-de-colza1.jpg

Effet du soufre sur la teneur en huile  (Ref:  Good and Glendinning, 1998)

 

Influer sur la teneur en huile dans le colza

La teneur en huile d'une culture de colza dépend de la quantité de graines par siliques, du nombre de siliques par plante et de plantes par surface. Afin d'obtenir une récolte de bonne qualité contenant la quantité d'huile souhaitée, il est nécessaire de maximiser l'activité photosynthétique.

L'azote possède une fonction cruciale : il est présent dans la chlorophylle, dans les chromosomes et dans les enzymes. Il est présent dans d'innombrables composés, ce qui explique son rôle central dans la croissance et le développement. Toute carence prématurée en azote freine la croissance et réduit le rendement à travers de faibles indices foliaires et une durée de végétation réduite.

Une carence en azote réduit non seulement le rendement final, mais aussi la teneur en protéines de la plante. À l'inverse, l'excès d'azote entraîne une baisse de qualité, une faible teneur en huile et l'augmentation des glucosinolates, surtout si le soufre n'est pas limitant.


La richesse en huile et la teneur en azote évoluent inversement en fonction de la dose d’azote apportée 
Une relation linéaire décroissante existe entre le niveau de nutrition azotée  et la teneur en huile :
teneur en huile et dose N :  un excès d’azote de +  50 N/ha  se traduit par une chute de teneur d’environ 0.5 point d’ huile. Néanmoins du point de vue de la production d’huile par ha, il convient de situer à la dose optimale pour le rendement pour une production d’huile maximale.

huile-de-colza2-2.png

huile-de-colza3-2.png

Exemple de relation inverse entre teneur en huile et teneur en azote des graines
(source : moyenne de 21 essais Yara 2008-2012)

L'activité photosynthétique représente la source de la croissance de la plante grâce à l'assimilation de CO2 et à l'absorption de l'énergie solaire. Par rapport au traitement de contrôle sans apport supplémentaire d'azote, la photosynthèse d'une parcelle fertilisée est supérieure et dure plus longtemps. Elle offre donc plus de temps pour produire élaborer le bon rendement.

Une carence en soufre affecte le rendement du colza mais peut également impacter la teneur en huile du colza. Dans le cas de carence avérée en soufre révélée par un gain de rendement significatif, l’apport de soufre permet également d’améliorer très significativement la teneur en huile du colza. A l’inverse, en cas d’absence de réponse ou de faible réponse à la fertilisation soufrée, la teneur en huile n’est que peu affectée.

Pour piloter au mieux votre fertilisation, téléchargez notre document sur la nutrition du colza !

DÉCOUVREZ NOTRE RESSOURCE

Tout savoir sur la fertilisation du colza

l est indispensable de mettre en place une stratégie de nutrition du colza adaptée, qui permet d’obtenir rendement et qualité, tout en maintenant un bon niveau de fertilité du sol pour la culture suivante.

Télécharger le document
PSD-YARA-MU-NutritionColza-v1-2017-MH-6

Découvrez les articles de la même catégorie

Grandes cultures

26 mars 2019

Soufre - Le saviez-vous ?

Le paradoxe de l’air plus sain… pas pour tout le monde

Dans une fertilisation dominée par l’azote, le soufre est souvent relégué au second plan. Il faut dire que les industries se sont longtemps chargées d’approvisionner les champs sans avoir été sollicitées pour cela. Si les carences étaient ainsi relativement rares il y a 20 ans, elles sont aujourd’hui beaucoup plus répandues. Le soufre, comme l’azote, est pourtant un élément essentiel à la vie.

Lire l'article

Grandes cultures

06 septembre 2018

La moisson a fait son bilan 2018

C’est avec le constat d’une production revue à la baisse, mais cependant de qualité, que les céréales ont tiré le bilan d’une saison 2018 marquée par une climatologie capricieuse.

Lire l'article

Grandes cultures

14 mars 2018

Les outils de pilotage de la fertilisation azotée pour les grandes cultures

La réussite d’une stratégie de fertilisation repose sur évaluation précise des éléments nutritifs, par la méthode du bilan; évaluant ainsi les quantités d’engrais nécessaires pour atteindre les objectifs de rendement et de qualité des cultures.

Lire l'article

Grandes cultures

07 février 2018

Calcium, magnésium, soufre : détecter et corriger ces carences

Les carences du sol ont autant de causes qu’il y a d’éléments nutritifs. Dans la première partie de ce sujet, nous nous sommes penchés sur la manière d’identifier et contrebalancer les justesses nutritives en azote, phosphore et potassium. Même si ces trois éléments constituent les principaux facteurs limitants, les éléments secondaires sont également importants pour optimiser le rendement et la qualité des récoltes.

Lire l'article