Portrait d'agriculteur #2 : Laurent Perrain

Laurent - 34 ans - Céréalier, gérant de chambre d’hôtes et plus encore... Mercredi 5 octobre, nous sommes allés à la rencontre de Laurent sur son exploitation en Haute Marne, Lanty sur Aube.

Son exploitation

L’exploitation de Laurent et de son père Jean compte près de 80 ha de grandes cultures dont du blé tendre, de l’orge et des prairies permanentes. L’ensemble de ses parcelles se situe sur un sol dit superficiel avec jusqu’à 30% de pentes dans certaines zones. Laurent a un avantage : l’accessibilité. En effet, près des trois quarts de ses parcelles sont regroupées à proximité de son exploitation.

Concernant son matériel, Laurent optimise : il possède une moissonneuse qui a fait sa 36ème campagne cette année et 2 tracteurs de 6 et 13 ans. Dernier investissement en date : son épandeur d’engrais, il y a 3 ans. Il est équipé d’un système de coupure de tronçons qui lui permet d’éviter ainsi des zones de sûr/sous fertilisation.

tracetur-portrait-agriculteur-min

L’investissement le plus récent est un système de vidéo surveillance mis en place pour sécuriser ses engrais, les phytosanitaires, et le matériel. Doté de 5 caméras, c’est un investissement non négligeable mais réfléchi puisque dans 6 ans il sera amorti grâce aux économies faites sur la police d’assurance. Laurent sécurise donc son exploitation, moins de risque de vol ou de dégradation, tout en faisant des économies.

 

Les engrais

Laurent utilise de l’engrais solide, principalement Yara, notamment pour la qualité des granules qui assure un bon épandage. En terme de stockage, Laurent privilégie les Big Bag qu’il stocke sous un hangar bien ventilé et sur palettes afin d’assurer la longévité de son engrais. Il peut ainsi commander de l’engrais pour une campagne et demie.

Laurent Perrain Yara (1)

Pourquoi privilégiez-vous les engrais Yara ?

« Mon père utilise ces produits depuis longtemps. Cela fait donc 25 ans que nous utilisons du Yara et c’est principalement la haute qualité du grain et leur composition homogène qui font que je continue à les utiliser aujourd’hui. Ils permettent un épandage précis et régulier, pilier d’une fertilisation performante ». Laurent est, de plus, convaincu que l’utilisation d’ammonitrate solide est bien plus rentable que l’azote sous forme de  solution liquide.

 

Fidèle à Yara, nous avons le plaisir de le retrouver à chaque rendez-vous organisé chez le distributeur. Laurent s’est également inscrit à notre programme de fidélité « Yara Premium Program ! ». Qu’est-ce que cela lui apporte ? Son fonctionnement est simple, plus Laurent achète de produits Yara à son distributeur habituel, plus il cumule de points, les drakkars. Pour les obtenir, il lui suffit de scanner ou photographier son bon de livraison et de le télécharger sur son compte. Ses points sont valables deux ans, et lui permettent d’obtenir des bons de réduction sur des outils Yara, du matériel pour son exploitation, des coffrets week-end…

 

Quelle stratégie a-t-il adopté pour la vente de ses récoltes ?

Laurent a fait le choix de se diversifier et de trouver différentes alternatives afin d’augmenter ses revenus. Ainsi une partie de ses récoltes est vendue sous contrat tandis que l’autre partie est stockée pour la vendre en fonction du marché. Sa bonne capacité de stockage à la ferme lui permet ainsi de conserver ses récoltes jusqu’à 2 ans et ce, sans investir dans des systèmes de ventilation et de refroidissement.

Il assure également un bon retour sur récolte avec son foin qu’il produit pour la filière équine, un foin de qualité vendu au meilleur prix.

 

Qu’est-ce que vous envisagez pour l’exploitation ? Comment la voyez-vous dans 10 ans ?

«L’agriculture mais pas que !»

Avec ses 80 ha, Laurent ne réussit pas à se verser un salaire décent. Il a donc décidé de se lancer dans l’aventure des chambres d’hôtes ! Ce sont 4 années de travaux qui ont permis à Laurent, Jean et Annette, ses parents, de pouvoir accueillir chasseurs et visiteurs en tout genre. Un véritable havre de paix en plein milieu des champs qui propose 3 chambres tout équipées, une sublime salle de bain et une entrée privée. Le plus ? Un potager de fruits/légumes bio et des œufs frais de son poulailler : « Gérer une chambre d’hôtes c’est aussi partager le goût des produits de la ferme avec nos invités ».

Laurent Perrain maraîchage (1)

Insatiable, Laurent, grand fan de randonnées et de paysages, fait régulièrement les vendanges en Champagne et en Bourgogne chez des viticulteurs devenus au fil des années ses amis. Pendant l’hiver il propose également des stères de bois à la vente.

 

Bref, vous l’aurez compris, Laurent est un hyperactif toujours prêt à rendre service, qui a bien compris que son héritage agricole ne lui suffirait pas et qu’il était important de se diversifier en explorant toutes les possibilités qui s’offrent à lui sans jamais se fermer de portes.

Ce papa d’une petite fille de 7 ans est une véritable leçon de vie et c’est avec passion et enthousiasme qu’il partage avec elle son quotidien d’agriculteur, de gérant de chambre d’hôtes et de travailleur multitâche.

 

Si vous le souhaitez, vous pouvez également prendre part à ce concept, et avoir votre propre portrait d’agriculteur, n’hésitez pas à prendre contact avec nous en commentaire !

DÉCOUVREZ NOTRE RESSOURCE

Que pouvons-nous vous apporter aujourd'hui ?

L’expertise de Yara en matière de fertilisants minéraux et de besoins des plantes permet aux agriculteurs d’optimiser leur fertilisation, leur rendement et leur rentabilité.

Télécharger le document
YARA-Mockup-infoN8-23

Découvrez les articles de la même catégorie

27 juillet 2017

Portrait d'agriculteur #1 : Christian Lerebour

Nous rencontrons régulièrement des agriculteurs et des acteurs de la filière avec qui nous partageons nos points de vue sur les challenges à venir. Nous avons décidé, en accord avec certains, de partager ces points de vue et analyses.

Lire l'article

11 avril 2017

Diversification des activités : interview d’un agriculteur

Le contexte économique, financier, ou même climatologique dans lequel se trouve l’agriculture française laisse place à l’incertitude. Incertitude quant à la pérennité du système agricole actuel, ou même à plus court terme aux revenus de l’exploitation agricole.

Lire l'article