Les outils de pilotage de la fertilisation azotée pour les grandes cultures

La réussite d’une stratégie de fertilisation repose sur évaluation précise des éléments nutritifs, par la méthode du bilan; évaluant ainsi les quantités d’engrais nécessaires pour atteindre les objectifs de rendement et de qualité des cultures. L’azote est bien évidemment le moteur des plantes et aussi l’élément le plus surveillé par la réglementation. Son pilotage est quasi indispensable dans le cadre d’une stratégie performante et efficace.

Les outils de pilotage permettent de fournir aux cultures l’azote sous la bonne forme, au bon moment, et à la bonne dose. L’optimisation de la nutrition azotée permet aux agriculteurs d’économiser des apports et d’optimiser la nutrition de leurs cultures.

Les agriculteurs peuvent ici compter sur toute une série d’outils de conceptions variées, apparus, pour les premiers, il y a un peu plus d’une vingtaine d’années. Entre capteurs, drones et autres outils satellitaires, difficile pourtant, pour les professionnels, de s’y retrouver. Il faut dire que d’un appareil à l’autre, les caractéristiques, les principes de fonctionnement et bien sûr aussi les prix, varient du tout au tout. Voici donc un bref tour d’horizon des solutions existantes. Nous avons recensé les quatre outils et technologies qu’il nous semblait le plus pertinent d’évoquer : le Yara N-Tester, le Yara N-Sensor, les drones, et les outils satellitaires Farmstar et Atfarm.

 

Le Yara N-Tester

yara-n-tester.jpeg

Apparu en 1995 en Allemagne, le N-Tester a été développé Yara. Il s’agit d’un boîtier portatif qui mesure la concentration en chlorophylle des plantes avec un système de pince, autrement dit leur réflectance. Utilisé pour les cultures de blé, d’orge, de maïs et de pomme de terre, il ne permet cependant qu’une analyse “en champ”. Le Yara N-Tester renseigne un état de nutrition azotée pour permettre aux agriculteurs d’anticiper la dose à fournir.

 

Le Yara N-Sensor

yara-n-sensor.jpeg

Plus poussé que le précédent, le Yara N-Sensor est une barre, constituée de capteurs, que l’on positionne sur la cabine du tracteur. Il permet de moduler les apports d’azote à l’échelle de la parcelle. Principalement utilisé pour les céréales, c’est un outil de haute précision qui s’appuie sur la mesure de deux données principales : la réflectance et la biomasse. Les informations recueillies et les cartographies générées assurent une traçabilité des épandages sur plusieurs années culturales.

 

Les drones pour l'analyse de la biomasse 

Les drones ont pour fonction d’analyser la réflectance des cultures par la biomasse aérienne (encore appelée canopée). Ils permettent de piloter la dose d’azote à apporter sur la base de cartes de biomasse établies après le survol de la parcelle. Ils présentent le grand avantage de pouvoir effectuer de la modulation intra-parcellaire tout en s’affranchissant des impératifs météorologiques.

 

L'imagerie satellitaire

Enfin, les innovations les plus récentes en matière de fertilisation pilotée sont à chercher du côté de l’imagerie satellitaire. Certes moins précis que les drones et fortement dépendants des conditions météorologiques, les outils de cartographie satellite disponibles sur le marché n’en demeurent pas moins beaucoup plus accessibles. Développé par Arvalis et EADS, FarmStar analyse des photos satellite ou aériennes basées sur la densité de végétation. Outre la modulation de l’apport d’azote intra-parcellaire, il permet également d’évaluer le risque de verse et le potentiel de rendement. Il est aussi capable de détecter certaines maladies.

atfarm-yara.jpg


Quant à Atfarm, le dernier né des outils d’agriculture de précision développés par Yara, il offre le double avantage de s’appuyer sur la technologie éprouvée du N-Sensor Yara tout en étant accessible à tous les agriculteurs. Pouvant être couplé au N-Tester, Atfarm allie technologie satellitaire et recherche agronomique de pointe. Atfarm émet des recommandations sur la base de cartes satellite et de biomasse, historiques et actuelles. C’est une technologie très poussée qui ne requiert aucun investissement préalable. Rappelons-ici qu’Atfarm est gratuit pendant toute la saison 2018.

 

Les agriculteurs disposant de multiples outils pour gérer leur fertilisation, il est essentiel de réfléchir à un équilibre coût/retour sur investissement; toute solution présente avantages et inconvénients, la connaissance de l’agriculteur et celles des fournisseurs de ces solutions permettront de tirer le meilleur des cultures.

 

Pour en savoir plus sur la dernière innovation Atfarm: https://www.at.farm/fr/accueil

DÉCOUVREZ NOTRE RESSOURCE

Yara N-Tester

Les enjeux économiques et environnementaux de la fertilisation azotée sont multiples. Découvrez une méthode simple et efficace pour piloter votre fertilisation azotée.

Télécharger le document
MockUp-ntester-25

Découvrez les articles de la même catégorie

Grandes cultures

07 février 2018

Calcium, magnésium, soufre : détecter et corriger ces carences

Les carences du sol ont autant de causes qu’il y a d’éléments nutritifs. Dans la première partie de ce sujet, nous nous sommes penchés sur la manière d’identifier et contrebalancer les justesses nutritives en azote, phosphore et potassium. Même si ces trois éléments constituent les principaux facteurs limitants, les éléments secondaires sont également importants pour optimiser le rendement et la qualité des récoltes.

Lire l'article

Grandes cultures

20 décembre 2017

La tournée du colza – Episode 2 – Le Lot et Garonne

Quelles sont les pratiques culturales des agriculteurs sur le colza ? Les régions de production diffèrent par le climat, la nature des sols, les débouchés potentiels, etc. Nous avons posé des questions à Florent Ruyet, conseiller grandes cultures à la Chambre d’Agriculture du Lot et Garonne.

Lire l'article

Grandes cultures

15 novembre 2017

La tournée du Colza – Episode 1 – La Vienne

Quelles sont les pratiques culturales des agriculteurs sur la culture du colza ? Les régions de production diffèrent par le climat, la nature des sols, les débouchés potentiels, etc. Nous avons posé des questions à François Dupont, conseiller grandes cultures à la Chambre d’Agriculture de la Vienne.

Lire l'article