Orges hybrides Hyvido, piloter le 3ème apport d’azote

Piloter le 3ème apport d’azote, c’est exprimer tout le potentiel des orges Hyvido. Cet article expose les prémices d'un travail croisé entre Yara et Syngenta.

 

Fractionner les apports d’azote pour déplafonner le rendement des orges Hyvido

Avec un potentiel de rendement plus élevé, les orges Hyvido ont logiquement un besoin en azote supérieur. Mais souligne, Olivier Borde, expert technique semences céréales Syngenta, « il faut aussi prendre en compte la cinétique d’absorption de l’azote et de ce point de vue, les hybrides avec une biomasse foliaire et racinaire supérieures, une fertilité grains/épi et des PMG plus élevés, ont un comportement différent des lignées classiques. C’est pourquoi nous nous sommes rapprochés de Yara France, société qui bénéfice d’une grande expertise dans le pilotage de l’azote afin de fournir aux agriculteurs des outils pour affiner le 3ème apport notamment et permettre ainsi une expression de tout le potentiel des orges Hyvido. » (téléchargez le guide technique Hyvido pour en savoir plus)

 

Piloter le 3ème apport d’azote pour gagner au moins 3 à 4 q/ha

Des essais Yara/Syngenta sont donc en place en 2017 (particulièrement avec la nouvelle variété Hook) pour répondre notamment à deux questions importantes : quel niveau pour le 3ème apport d’azote et quand faut-il le déclencher ? « Nous avons montré depuis plusieurs années que faire trois apports d’azote sur la culture de l’orge, c’est gagner 3 à 4 quintaux/ha. Un fractionnement qui permet de mieux coller aux besoins de la plante tout en étant très positif vis-à-vis de l’environnement avec moins de risque de perte » souligne Marc Lambert, responsable agronomique grandes cultures chez Yara France. « Les expérimentations en cours sur les orges Hyvido doivent nous permettre de mieux comprendre le comportement des orges hybrides vis-à-vis de l’azote pour un pilotage au plus près des besoins afin d’exprimer tout leur potentiel ».

Rendez-vous à l’automne pour les premiers résultats de ces essais !

D'ici là, vous pouvez toujours vous référer à notre pince N-tester, qui permet de réaliser facilement et rapidement un diagnostic de nutrition azotée sur les cultures pour ajuster les doses d’azote au plus près des besoins.

DÉCOUVREZ NOTRE RESSOURCE

Orges de printemps - une course contre la montre

Avec une période de développement de seulement 100 à 130 jours, l'orge de printemps est l'une des cultures céréalières dont la croissance est la plus rapide. Voici nos conseils !

Télécharger le document
orges-de-printemps

Découvrez les articles de la même catégorie

Grandes cultures

26 mars 2019

Soufre - Le saviez-vous ?

Le paradoxe de l’air plus sain… pas pour tout le monde

Dans une fertilisation dominée par l’azote, le soufre est souvent relégué au second plan. Il faut dire que les industries se sont longtemps chargées d’approvisionner les champs sans avoir été sollicitées pour cela. Si les carences étaient ainsi relativement rares il y a 20 ans, elles sont aujourd’hui beaucoup plus répandues. Le soufre, comme l’azote, est pourtant un élément essentiel à la vie.

Lire l'article

Grandes cultures

06 septembre 2018

La moisson a fait son bilan 2018

C’est avec le constat d’une production revue à la baisse, mais cependant de qualité, que les céréales ont tiré le bilan d’une saison 2018 marquée par une climatologie capricieuse.

Lire l'article

Grandes cultures

14 mars 2018

Les outils de pilotage de la fertilisation azotée pour les grandes cultures

La réussite d’une stratégie de fertilisation repose sur évaluation précise des éléments nutritifs, par la méthode du bilan; évaluant ainsi les quantités d’engrais nécessaires pour atteindre les objectifs de rendement et de qualité des cultures.

Lire l'article

Grandes cultures

07 février 2018

Calcium, magnésium, soufre : détecter et corriger ces carences

Les carences du sol ont autant de causes qu’il y a d’éléments nutritifs. Dans la première partie de ce sujet, nous nous sommes penchés sur la manière d’identifier et contrebalancer les justesses nutritives en azote, phosphore et potassium. Même si ces trois éléments constituent les principaux facteurs limitants, les éléments secondaires sont également importants pour optimiser le rendement et la qualité des récoltes.

Lire l'article