Les systèmes de production du colza

Le colza s’est progressivement imposé dans le paysage agricole français et européen depuis le début des années 1960, au rythme des progrès techniques de sa culture. Il s’est facilement intégré aux systèmes de production en rendant possible la diversification et l’allongement des rotations culturales. En Asie et en Amérique du Nord, la production de colza, tirée par la demande croissante en agro-carburants, est différente du schéma européen.


En France, un colza plus ou moins présent selon les contextes régionaux

La culture du colza est associée aux systèmes de grandes cultures et s’adapte à des contextes pédoclimatiques très variés. On la retrouve ainsi de façon large sur tout le territoire national, essentiellement au nord d’une ligne La Rochelle-Strasbourg mais avec une zone de culture en région Toulousaine.

Systme_de_production.jpg

 

L’introduction du colza dans le système de culture d’une exploitation est facilitée par son cycle long qui permet de répartir la charge de travail (implantation en fin d’été et récolte traditionnellement avant celle des céréales à paille). Le matériel nécessaire est identique à celui des céréales à paille.

Le colza est associé en rotation essentiellement avec le blé et l’orge, et de plus en plus le tournesol.

Sa grande adaptabilité pédologique, ses racines pivotantes qui améliorent le sol et ses résidus de paille après récolte ont fait du colza une culture favorite en tête de rotation.

Dans l’Est, les rotations de type colza–blé–orge sont largement dominantes dans les systèmes céréaliers et représentent un peu moins d’un million d’hectares. Dans le Centre, on retrouve le même type de rotation qui représente un peu plus de 700 000 ha, mais avec une fréquence de retour du colza un peu plus longue que dans l’Est. Dans le Nord, ces rotations occupent environ 500 000 hectares et se placent en deuxième position derrière les systèmes betterave– blé tendre–Pomme de terre. Certains systèmes commencent à l’associer à la betterave. Dans l’Ouest, les rotations intègrent plus largement le colza avec tournesol, blé et orge et représentent un peu plus de 600 000 ha.

 

Une valorisation marginale en agriculture biologique

La surface de colza sous label biologique est d’environ 2 000 ha partagés entre environ 300 exploitations. Sa bonne couverture végétale et l’amélioration de la structure du sol par ses racines sont des atouts à exploiter dans les systèmes de production biologique. Pour parer aux problèmes causés par les ravageurs et les mauvaises herbes, les producteurs de colza biologique utilisent les techniques du mélange variétal, des bandes en bordure de parcelle, du binage, et jouent sur la densité de semis.

 

En Europe et dans le monde

La France est le deuxième pays producteur de colza en Europe derrière l’Allemagne. Comme en France, le colza y est intégré aux systèmes des grandes cultures de céréales à paille. Mais des tendances différentes se profilent dans les choix techniques : le recours aux semences hybrides y est, par exemple, beaucoup plus courant (45 % des surfaces cultivées).

La culture du colza d’hiver est quasi exclusivement localisée en Europe. Le Canada, la Chine et l’lnde cultivent plutôt les variétés de colza de printemps, avec un cycle considérablement plus court. L’utilisation de semences OGM résistantes aux herbicides est répandue en Amérique du Nord.

Le désherbage des surfaces de colza est alors rendu presque parfait, mais de nombreux plants de colza résistants aux herbicides seraient aujourd’hui retrouvés à l’état sauvage.

 

DÉCOUVREZ NOTRE RESSOURCE

La nutrition du colza

Il est indispensable de mettre en place une stratégie de nutrition du colza adaptée, qui permet d’obtenir rendement et qualité, tout en maintenant un bon niveau de fertilité du sol pour la culture suivante.

Télécharger le document
PSD-YARA-MU-NutritionColza-v1-2017-MH-6

Découvrez les articles de la même catégorie

Grandes cultures

06 septembre 2018

La moisson a fait son bilan 2018

C’est avec le constat d’une production revue à la baisse, mais cependant de qualité, que les céréales ont tiré le bilan d’une saison 2018 marquée par une climatologie capricieuse.

Lire l'article

Grandes cultures

14 mars 2018

Les outils de pilotage de la fertilisation azotée pour les grandes cultures

La réussite d’une stratégie de fertilisation repose sur évaluation précise des éléments nutritifs, par la méthode du bilan; évaluant ainsi les quantités d’engrais nécessaires pour atteindre les objectifs de rendement et de qualité des cultures.

Lire l'article

Grandes cultures

07 février 2018

Calcium, magnésium, soufre : détecter et corriger ces carences

Les carences du sol ont autant de causes qu’il y a d’éléments nutritifs. Dans la première partie de ce sujet, nous nous sommes penchés sur la manière d’identifier et contrebalancer les justesses nutritives en azote, phosphore et potassium. Même si ces trois éléments constituent les principaux facteurs limitants, les éléments secondaires sont également importants pour optimiser le rendement et la qualité des récoltes.

Lire l'article

Grandes cultures

20 décembre 2017

La tournée du colza – Episode 2 – Le Lot et Garonne

Quelles sont les pratiques culturales des agriculteurs sur le colza ? Les régions de production diffèrent par le climat, la nature des sols, les débouchés potentiels, etc. Nous avons posé des questions à Florent Ruyet, conseiller grandes cultures à la Chambre d’Agriculture du Lot et Garonne.

Lire l'article