Le diagnostic foliaire et le pilotage de la fertilisation sur vigne

L’institut français de la vigne et du vin préconise une analyse chimique du sol tous les 8 ans et une analyse de la teneur en matière organique tous les 4 ans. Mais un diagnostic foliaire régulier est également nécessaire, en particulier dans un contexte climatique atypique ou lors d’une évolution de la conduite viticole. Elle doit aussi s’accompagner d’un diagnostic visuel, car certains symptômes visuels de carence ou de toxicité peuvent apparaitre au vignoble (installez notre application Yara CheckIT pour réaliser ce diagnostic). L’expertise du viticulteur est donc primordiale pour interpréter ces symptômes et identifier d’éventuels désordres nutritionnels.  

Le niveau de nutrition de la vigne établie est très bien renseigné par les analyses foliaires. Partant de ce constat, la prise de décision quant à l’apport ou non d’un fertilisant peut être assistée via ce type de diagnostic. De plus, il permet d’identifier une carence avant l’apparition de symptômes visuels. Cependant, il est capital de respecter les protocoles de prélèvement, et de s’appuyer sur des références solides et surtout, locales.

 

vigne-bonne-sante.

Feuille de vigne en bonne santé (Anke Kwast – YARA Germany)

 

Différents objectifs et différents stades

L’analyse foliaire peut être réalisée à différents stades, et via deux types de stratégie en fonction des attentes et des objectifs du viticulteur :   

  • Le suivi de l’alimentation minérale, grâce à l’utilisation d’analyses foliaires ou pétiolaires successives (chaque semaine, entre floraison et véraison) sur le même pied afin de vérifier la cinétique d’absorption de la vigne.
  • Le diagnostic instantané, à un stade clé, afin d’identifier un facteur limitant, une toxicité ou une carence, grâce à plusieurs échantillons sur une même parcelle, afin de gommer d’éventuelles particularités intra parcellaires et de consolider les résultats.

En fonction du stade, il peut s’agir d’une analyse utilisée pour le pilotage et la correction du plan de fumure sur la production de l’année (analyse à floraison ou préfloraison) ou d’un contrôle, qui aboutira sur une modification des pratiques de fertilisation l’année suivante (analyse à véraison ou à maturité).

 

Garantir le succès de l’analyse

Afin de prélever un échantillon représentatif, indispensable pour obtenir une analyse et une interprétation précise, il faut prendre certaines précautions :

Toujours prélever les feuilles entières à l’opposé de la première grappe, en partant de la base du sarment fructifère. Il faudra environ 20 à 50 feuilles pour constituer l’échantillon, et mieux vaut prélever ces feuilles sur différents pieds, représentatifs de la parcelle. Dans tous les cas, il faut éviter de prélever les échantillons sur des ceps atteints de maladies ou venant de subir un traitement foliaire ou phytosanitaire, car les résultats peuvent être affectés.

Il faudra ensuite envoyer l’échantillon le plus vite possible au laboratoire, ou le conserver au frais si nécessaire. De plus, il est primordial de renseigner le cépage, le stade et la date de prélèvement. Grâce à cette méthode, l’interprétation reflètera correctement l’état de nutrition de la parcelle analysée.

 

Interprétation et prise de décision

Suite à l’envoi des échantillons, le viticulteur reçoit un rapport d’analyse indiquant les carences ou les toxicités détectées, puis quelques recommandations, et propositions d’actions (« revoir le plan de fumure » ou « élément prioritaire : traitement conseillé » …) en fonction des quantités de nutriments présents dans les tissus.

Ce type d’analyse facilite grandement la prise de décision au vignoble, et permet d’atteindre ses objectifs, qu’ils soient plutôt orientés quantité ou qualité. De plus, dans un contexte où l’environnement est au centre du système de culture, il parait logique d’utiliser les outils de précision à disposition afin de piloter les apports d’engrais et de produits foliaires.

Nous disposons d'une large gamme d'outils permettant d'effectuer toute une batterie de diagnostics, n'hésitez pas à télécharger notre documentation à ce sujet !

DÉCOUVREZ NOTRE RESSOURCE

La fertilisation, pilier de la qualité des vins

La fertilisation azotée de la vigne a une influence directe sur la qualité des vins. Découvrez dans ce document comment optimiser cette nutrition azotée.

Télécharger le document
Agriculture-LaFertilisation-10

Découvrez les articles de la même catégorie

Chlorose ferrique, comment gérer durablement ce désordre nutritionnel ?

La chlorose ferrique correspond à une carence vraie ou induite parfois méconnue et souvent sous-estimée.  Pourtant, celle -ci peut s’avérer très pénalisante pour le viticulteur et avoir des conséquences catastrophiques sur le végétal.

Lire l'article

L’encadrement de floraison, un stade clé au vignoble

De plus en plus de viticulteurs agissent en encadrement de floraison afin de minimiser les risques d’avortement et de mauvaise fécondation. La floraison est une période critique, où la compétition dans le végétal est intense, et où l’action de produits fertilisants permet d’éviter un certain nombre d’accidents culturaux.

Lire l'article

Augmenter la teneur en azote assimilable dans les moûts de raisins

Les vignerons sont de plus en plus souvent confrontés à des arrêts de fermentation alcoolique lors de la vinification. Cela peut être dû à un certain nombre de facteurs et de causes, mais la plus courante est la quantité limitée d’azote assimilable dans le moût.

Lire l'article

Pérennité du vignoble, fertilisation et mise en réserve

L’installation d’un vignoble représente un certain investissement ; il faut avant tout le planter dans les meilleures conditions, l’entretenir annuellement, et garantir sa pérennité pour s’assurer d’une production constante. 

Lire l'article