Booster les colzas en sortie d’hiver

En sortie d’hiver, le colza a des besoins très importants en nutriments, traduisant une forte mobilisation des éléments minéraux pour la reprise de végétation. La situation actuelle des colzas est très différente en fonction des zones géographiques.

De nombreuses parcelles se caractérisent par une hétérogénéité des stades et par un faible développement végétatif (à cause des problèmes rencontrés en Septembre et Octobre avec la sécheresse et les attaques répétées de ravageurs, comme les altises).  

La fertilisation joue un rôle décisif pour permettre un redémarrage rapide, homogénéiser les plantes au sein de la même parcelle et assurer une productivité optimale.

 

Pourquoi faire les apports au Printemps, plutôt qu’en Automne ?

 

La raison est relativement simple, apporter les nutriments nécessaires au printemps favorise l’augmentation du rendement, ainsi, quelle est la logique derrière cette approche ?

Voici 5 raisons de privilégier un NP/NPK+S pour le 1er apport azoté (YaraMila®) :

 

  1. Augmenter les rendements

L’augmentation des rendements est possible grâce à la présence des éléments majeurs et secondaires indispensables au colza apportés au plus près des besoins, limitant ainsi les risques de blocage et de fixation par le sol, ou de perte due à l’érosion entre l’automne et le printemps.

 

  1. Les avantages de la forme nitrique

Les conditions météorologiques en sortie d’hiver sont souvent défavorables (temps froid et humide) à une disponibilité totale et immédiate des éléments. L’apport sous forme nitrique permet de contourner ces difficultés, et garantir une disponibilité optimale. 

 

 

Ammonitrate YaraBela®

vs Urée

Ammonitrate YaraBela®

Vs Solution azotée

Rendement

+ 3,5%

+ 5,5%

Teneur en huile

+ 3,2%

+ 4,6%

Comparaisons sur un réseau d’essais sur une base identique d’apport de 180 unités d’azote à l’hectare. (source:Yara)

 

  1. Valorisation de l’apport d’azote

Grâce à un apport de soufre combiné à l’azote, la synergie N/S sur colza permet un meilleur développement de la culture. Des essais menés, en collaboration avec l’UNIFA ont permis de montré un gain de 2 tonnes supplémentaires de rendement à l’hectare si un apport de soufre est effectué.

 

  1. L’homogénéité des éléments

Les NPK YaraMila® présentent des propriétés physico-chimiques de très haute qualité. Le procédé de fabrication associe tous les éléments nutritifs dans chaque granulé, favorisant les synergies entre nutriments et une meilleure répartition au champ, même en grande largeur (>36m).

 

  1. Des économies significatives

L’économie réalisée par la réduction des passages peut atteindre 10€/ha. Nous pouvons aussi relever le gain de temps. Le bénéfice est donc double pour l’agriculteur, laissant plus de temps pour d’autres activités.

 

Les deux formules NP/NPK+S répondant le mieux aux besoins du colza sont les suivantes : YaraMila® NP 17.17.00 + 17 SO3 Découvrir ››

YaraMila® NPK 16.15.10 + 17 SO3. Découvrir ››

  

Intégrer un apport foliaire pour une nutrition complète 

Pour couvrir l’ensemble des besoins du colza et assurer une productivité optimale, le recours à la nutrition foliaire avec une formulation spécifique colza est un choix judicieux. Il existe ainsi des produits composés d’éléments clés pour la culture du colza : magnésium, bore, manganèse et molybdène.

Le rendement du colza est conditionné par sa bonne reprise de végétation au printemps. L’apport foliaire booste le redémarrage de la plante même en conditions difficiles (humidité, froid etc.). 

 

teneurs-foliaires-colza.png

Teneurs foliaires à mi-montaison (source : Yara)

 

Le rapport N/S optimum est de 15/1. Il ressort clairement que :

  • L’azote est effectivement absorbé quand on force les doses
  • Soufre, bore, molybdène, manganèse, si on ne les « fait pas suivre » sont absorbés en moindre quantités (déséquilibre)

Apporté du stade montaison jusqu’au stade boutons accolés, le YaraVita™ Brassitrel Pro™ est une solution de nutrition foliaire spécifiquement conçu pour le colza qui permet de préparer une floraison homogène et de limiter les avortements de fleurs.

 

Le colza est une culture exigeante, nous détaillons toutes les stratégies de fertilisation dans notre ressource. N'hésitez pas à la télécharger !

DÉCOUVREZ NOTRE RESSOURCE

Tout savoir sur la fertilisation du colza

l est indispensable de mettre en place une stratégie de nutrition du colza adaptée, qui permet d’obtenir rendement et qualité, tout en maintenant un bon niveau de fertilité du sol pour la culture suivante. Voici nos conseils !

Télécharger le document
PSD-YARA-MU-NutritionColza-v1-2017-MH-6

Découvrez les articles de la même catégorie

Grandes cultures

06 septembre 2018

La moisson a fait son bilan 2018

C’est avec le constat d’une production revue à la baisse, mais cependant de qualité, que les céréales ont tiré le bilan d’une saison 2018 marquée par une climatologie capricieuse.

Lire l'article

Grandes cultures

14 mars 2018

Les outils de pilotage de la fertilisation azotée pour les grandes cultures

La réussite d’une stratégie de fertilisation repose sur évaluation précise des éléments nutritifs, par la méthode du bilan; évaluant ainsi les quantités d’engrais nécessaires pour atteindre les objectifs de rendement et de qualité des cultures.

Lire l'article

Grandes cultures

07 février 2018

Calcium, magnésium, soufre : détecter et corriger ces carences

Les carences du sol ont autant de causes qu’il y a d’éléments nutritifs. Dans la première partie de ce sujet, nous nous sommes penchés sur la manière d’identifier et contrebalancer les justesses nutritives en azote, phosphore et potassium. Même si ces trois éléments constituent les principaux facteurs limitants, les éléments secondaires sont également importants pour optimiser le rendement et la qualité des récoltes.

Lire l'article

Grandes cultures

20 décembre 2017

La tournée du colza – Episode 2 – Le Lot et Garonne

Quelles sont les pratiques culturales des agriculteurs sur le colza ? Les régions de production diffèrent par le climat, la nature des sols, les débouchés potentiels, etc. Nous avons posé des questions à Florent Ruyet, conseiller grandes cultures à la Chambre d’Agriculture du Lot et Garonne.

Lire l'article