Augmenter les rendements, l'intérêt du colza.

Après s'être penché sur le rendement du colza, il est intéressant d'aborder l'influence de la fréquence de rotation du colza dans l'augmentation des rendements. 

 

Fréquence de retour du colza et rendements

 

Un effet rotation et un effet précédent

Différentes études conduites en Allemagne ont démontré qu’un allongement de la fréquence de retour du colza dans les rotations a un impact positif sur les rendements.

Dans les cas de rotations courtes, on observe plutôt des baisses de rendements.

Ces expériences, conduites avec différentes variétés dans les rotations, ont également mis en évidence un effet précédent qui a une influence non négligeable sur le rendement du colza : un précédent pois est mieux valorisé qu’un orge d’hiver, lui-même étant plus avantageux qu’une culture de blé.

 

Quelle fréquence de retour du colza ?

La question n’est pas complètement tranchée. Les experts préconisent une fréquence de 4 ou 5 ans, même si on peut observer des fréquences de retour de 2 ans.

Dans une situation faisant apparaître du colza cultivé en rotation courte, les premiers inconvénients qui apparaissent sont les problèmes d’enherbement. Ils sont aussi favorisés par une absence de culture de printemps et une simplification du travail du sol.

Le deuxième inconvénient est l’augmentation de la pression des maladies. Ce phénomène existe pour toutes les espèces cultivées : le retour trop fréquent d’une même culture sur une parcelle donnée engendre des problèmes croissants en termes de maladie. L’exemple le plus caractéristique sur le colza est la hernie des crucifères.

Un essai conduit en Grande-Bretagne a permis de révéler que plus la fréquence de retour de colza est élevée :

  • plus la floraison est tardive
  • plus le système racinaire subit une diminution en poids.

Dans les cas des colzas de colzas, les chercheurs ont mis en évidence la baisse de rendements. Ils ont observé un développement végétatif amoindri visible dès l’automne et qui se prolonge au printemps, ce qui a affecté principalement le nombre de siliques produites sur les hampes secondaires et de rang supérieur.

 

Les crucifères comme principaux couverts végétaux

Les cultures intermédiaires implantées comme couvert végétal sont principalement des crucifères (colza, moutarde, radis).

Même si peu de recherches ont été faites sur les conséquences sanitaires de ces nouvelles pratiques liées à la réglementation, l’état actuel des connaissances suggère l’accroissement de certains risques qui pourraient impacter les rendements :

  • le risque hernie
  • le risque limace
  • le risque nématode

 

 

DÉCOUVREZ NOTRE RESSOURCE

La nutrition du colza

Depuis quelques années la teneur en protéines des blés français décroit. Le climat et les conditions environnementales ne peuvent être maitrisés mais il reste des leviers d’action, dont le principal est la fertilisation.

Télécharger le document
PSD-YARA-MU-NutritionColza-v1-2017-MH-6

Découvrez les articles de la même catégorie

Grandes cultures

26 mars 2019

Soufre - Le saviez-vous ?

Le paradoxe de l’air plus sain… pas pour tout le monde

Dans une fertilisation dominée par l’azote, le soufre est souvent relégué au second plan. Il faut dire que les industries se sont longtemps chargées d’approvisionner les champs sans avoir été sollicitées pour cela. Si les carences étaient ainsi relativement rares il y a 20 ans, elles sont aujourd’hui beaucoup plus répandues. Le soufre, comme l’azote, est pourtant un élément essentiel à la vie.

Lire l'article

Grandes cultures

06 septembre 2018

La moisson a fait son bilan 2018

C’est avec le constat d’une production revue à la baisse, mais cependant de qualité, que les céréales ont tiré le bilan d’une saison 2018 marquée par une climatologie capricieuse.

Lire l'article

Grandes cultures

14 mars 2018

Les outils de pilotage de la fertilisation azotée pour les grandes cultures

La réussite d’une stratégie de fertilisation repose sur évaluation précise des éléments nutritifs, par la méthode du bilan; évaluant ainsi les quantités d’engrais nécessaires pour atteindre les objectifs de rendement et de qualité des cultures.

Lire l'article

Grandes cultures

07 février 2018

Calcium, magnésium, soufre : détecter et corriger ces carences

Les carences du sol ont autant de causes qu’il y a d’éléments nutritifs. Dans la première partie de ce sujet, nous nous sommes penchés sur la manière d’identifier et contrebalancer les justesses nutritives en azote, phosphore et potassium. Même si ces trois éléments constituent les principaux facteurs limitants, les éléments secondaires sont également importants pour optimiser le rendement et la qualité des récoltes.

Lire l'article